Tag Archives: convention

Radio campus Lille 106.6

Radio campus Lille - Les Innocents de David Noir

Radio campus Lille 106.6 fm

Théâtre ? Moins sage !

“Les Innocents”

ou

“16 à nez noir”

mise en scène David Noir

Co-production: compagnie La Vie est courte/Dieppe Scène Nationale/Théâtre des Deux Rives/Pulsion Théâtre

“Ce sont des grands enfants, de gros enfants, des enfants poilus avec leur vieux corps d’atultenfant coulés dans la toile, dans la bure écrue qui leur fait mal, où le bas blesse, où ils s’enfoncent et s’entortillent pour venir refuser leurs caresses”

Dans Avignon la très sage, quelques irréductibles s’accrochent à l’idée d’un théâtre dérangeant et libéré. Entre le happening décadent et la comédie musicale porno “Les Innocents” secouent fortement le public. Régression tribale, pulsions morbides, et pensées interdites livrées en pâture au public sont au menu de ce spectacle haut en couleur et riche en émotion. Preuve que le corps existe et qu’il a encore droit d’expression dans la cité papale. Les comédiens sont étonnants, le ton provocateur est néanmoins ludique, et les parties (très bien) chantées allègent le tout. Un grand bain de jouvence lubrique … interdit aux mineurs bien sûr.

René Lavergne, Radio campus Lille 106.6 fm

Pulsion Théâtre – Avignon – juillet 2004

La Provence

La Provence - Les Innocents de David Noir
Toute la presse
Les Innocents de David Noir - Affiche Filifox - Philippe Savoir - Photo Karine Lhémon
La Provence - Les Innocents de David Noir

par Catherine Guizot

La Provence - Les Innocents de David Noir

“David Noir nous ouvre les portes d’un monde possible”

La Provence

Mardi 22 juillet 2003

Les Innocents

ou 16 à nez noir

Cliquez sur la vignette de l'article pour voir l'original

Amateurs d’aventure, si vous ne craignez pas de changer vos points de vue sur le théâtre, il vous faut al­ler voir la nouvelle pièce de David Noir.

Plus en douceur qu’avec sa précé­dente pièce, David Noir s’attaque cette fois-ci à l’enfance bafouée, outragée par la société en s’ap­puyant sur le thème délicat de la pé­dophilie. Dans une série de séquen­ces, la douzaine d’acteurs, qui vi­vent plus qu’ils ne jouent leur texte lu devant le spectateur, nous emmè­nent dans une expérience, intellec­tuelle et émotionnelle percutante qui sort le théâtre de ses conventions. Et effectivement, on les voit tous sur scène rechercher leur enfant inté­rieur, celui qui n’a pas encore tous les tabous, notamment, bien sûr, concernant la sexualité ou la mort. Et l’on sent l’influence d’un Lars von Trier avec ses Idiots ou encore Pasolini ; il n’y a pas de compro­mis. Et le profond désespoir d’être né dans ce monde, dans cette société difficilement transformable, colore toute la pièce. David Noir nous ouvre les portes d’un monde possible moins crispé sur des avantages illusoires et plus li­bre, avec son corps par exemple (les happenings des année 70 ne sont pas loin).

Catherine GUIZOT

22 heures, tlj.

www.webtrotteurs-quartiers.org

www.webtrotteurs-quartiers.org- Les Justes-Story de David Noir
Toute la presse
Les Justes-Story de David Noir - Affiche Filifox - Philippe Savoir - Photo Karine Lhémon
www.webtrotteurs-quartiers.org- Les Justes-Story de David Noir

par Lauriane Laigre, Frédéric De Loof (écrit), Laeticia Michel (son) et Frédéric de Santos (photos)

www.webtrotteurs-quartiers.org- Les Justes-Story de David Noir

“Dénoncer la perversité par l’obscénité”

www.webtrotteurs-quartiers.org

LES JUSTES-Story V.3

Voilà la brochette d’acteurs idéale pour assaisonner l’univers théâtral et griller les tabous. Comme chaque comédien, chaque élément du décor reflète un thème bien précis de notre univers actuel et culturel.
“Bonjour mon alien maquillé. Salut, c’est nous. Rassure-toi, ce n’est pas une défaillance de ton poste à crédit, mais il y a quand même un risque qu’ il t’implose à la face avant que tu aies fini d’en payer les échéances. Toi, tu nous connais pas, mais rassure-toi, nous, on sait bien qui tu es…”

C’est par ces quelques mots que commencent “Les Justes story v.3”
Dans cet univers impitoyable, le pire ennemi de l’homme n’est d’autre que lui-même. Cet univers est une arène où la dictature de la caméra est enfin prise par les cornes. Un lieu où la manipulation des médias est dévoilée, celle des programmes audiovisuels en particulier.

Un spectacle qui aborde subtilement la pédophilie et le nazisme. Ne dit-on pas guérir le mal par le mal. C’est ce que Les Puritains de la Compagnie “La Vie Est Courte” font en dénonçant la perversité par l’obscénité. Pourquoi l’acte sexuel serait-il considéré comme impropre et étranger à l’homme ?

David Noir, metteur en scène: “II faut arrêter avec le faux romantisme, l’idéalisme faussé”

Décalés, trashs, provocants, engagés, drôles, intelligents… “Les Justes story” sont bercées d’une ambiance de jeux vidéo, mangas, avec une “touche” d’érotisme ! (âmes sensibles s’abstenir !) Le spectateur est, dés son entrée, mêlé aux jeux des acteurs qui occupent une scène inspirée du mode de vie stéréotypé de l’adolescent. Les Puritains ne cherchent pas seulement à choquer. Leur but s’ouvre plutôt sur une réflexion plus profonde. Réflexion qui concerne, entre autre, la manipulation économique et sociale qui engendre la formation d’une fausse image de l’humain. L’écriture du spectacle est totalement contrôlée, mais elle permet une certaine liberté à l’improvisation.

“C’est un bricolage, mais c’est avant tout une pensée, poursuit David Noir, une réflexion inspirée de ma propre vie. Sommes-nous tellement différents les uns des autres ?”

C’est en effet un spectacle déconseillé aux personnes étouffées par leur over-bonnes manières et donc inconscientes de leur statut d’animal), ni à celles écrasées par leur pseudo-culture paternaliste et moraliste qui entraîne une castration de l’esprit humain !

Alors, amis amateurs de théâtre et amis censeurs, vous qui pensez maîtriser la compréhension de l’art théâtral, arrêtez de maintenir celui-ci dans une conventionalité érigée en vérité universelle.

Le théâtre n’est-il pas censé refléter le monde actuel pour mieux pouvoir ensuite le dénoncer ?

À bon entendeur, salut !

 

Texte écrit par David Noir, dans le rôle d’une infirmière déjantée.
Suzie-Sally interprétée par Sonia Codhant, est une jeune femme terroristre.
Elle est accompagnée de Jean Sélar ( Miguel-Ange Samiento), nouveau né, néonazis, fils de Jean-Père. JeanPère (Jean-François Rey), père de Jean, est présentateur télé pédophile.
On retrouve également Liz Terry (Jacques Meystre), “une gouine sous sa forme G-force”, Lara (Philippe Savoir) qui joue “les Mesdames météo”, avec à ses côtés Georges Clown (Tom Laleux) et Fabian (Stéphane Desvignes). Enfin, le synthé est pianoté par Goala (Jérôme Coulomb).

www. webtrotteurs-quartiers. org
Reportage réalisé par Lauriane Laigre, Frédéric De Loof (écrit), Laeticia Michel (son) et Frédéric de Santos (photos).
Les Justes story, au Pulsion théâtre jusqu’au 27 juillet à Avignon

Real Time Web Analytics