Tag Archives: cul

www.regardencoulisse.com

regard en coulisse.com - Vos critiques - Les Puritains de David Noir

www.regardencoulisse.com

VOS CRITIQUES

Les critiques publiées dans la rubrique Vos critiques sont écrites par les lecteurs et ne reflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de REGARD EN COULISSE. La Rédaction se réserve le droit de supprimer les critiques qui contreviendraient manifestement à sa ligne éditoriale.

LES PURITAINS

Critiques des lecteurs

13/11/2000

ah oui?

Ce n’est pas vraiment une critique du spectacle que je voudrais livrer ici, mais… je me demande pourquoi Marco et Hughes, . même si c’est leur droit de détester ce spectacle se sont-ils fendus d’une critique aussi définitive? En fait, je pense que ce spectacle, d’après eux en vaut (valait la peine) mais qu’ils ont eu un moment donné tellement de difficultés à regarder plus loin de leur petit bout de nez tout flou qu’ils se sont “trahis” , surtout Marco. D’accord, en tant que spectateur on est “pris en otage”, mais rien ne nous empêche de quitter la salle, pas vrai? Mais pris en otage sur quoi? à propos de quoi? Parce qu’il s’agit de théâtralisation de la vie, c’est violent, c’est brutal; j’ai eu du mal aussi, mais je n’ai pu empêcher cette expérience “violente” de me renvoyer à moi-même, non pas que le doute m’a submergé, mais j’essaie simplement de saisir comment dix personnes sur scènes jouent avec une conscience évidente d’eux-mêmes une pièce depuis plus de deux ans? Il y a dans cette pièce un arrière fond qui vaut le détour, pour qui ose s’y engager. Perdre des plumes ? Pourquoi pas ? Si celles-ci sont usées, j’en changerait bien… Je vous embrasse avec toute ma tendresse…
par Jeannot

25/07/2000

Et alors

Et alors ?
Oui encore du cul; oui encore de la psychanalyse, oui il y aura toujours des gens pour dire que le spectateur est confronté à soi-même. Oui Sylvie Vartan chante bien et c’est marrant de voir des bites sur scène et après…
Et après on se fait chier, on se dit la création à ses limites que les créateurs ne connaissent pas malheureusement parce que le spectateur aussi à ses limites surtout quand il s’ennuie et je m’y suis profondément ennuyé, si je voulais un peep show, il y en a des mieux rue saint denis; si je voulais de la psycho à deux balles j’en ai moins cher et mieux ailleurs mais bon, je trouve juste que c’est dommage. Dommage de voir des spectacles comme celui là. Le danger surtout, c’est qu’à la longue on a presque envie devenir puritain pour de bon tellement la bêtise et l’exhibition de ce spectacle est affligeante mais Dieu soit loué pour l’équipe du spectacle, il y a des pervers partout et beaucoup parmi les spectateurs.
Une seule question a ajouté comment des comédiens de talent peuvent arriver à trouver intéressant et jouissif le fait d’être à poil sur scène si vraiment ça l’était on recrute dans les quartiers chauds
par Marco

19/07/2000

rire et frissons

j’ai été invité a voir ce spectacle… qui fait rire, qui fait frissonner, qui fait peur, qui nous rappelle notre enfance… sans tabous… avec un jeu magnifique des comédiens. bravo. merci.
par Sébastien

10/05/2000

Décadence

Comment osez-vous vous faire l’apologie de ce type de spectacles?
J’y suis allé en tant qu’invité et heureusement, car j’aurais demandé à être remboursé.
C’est de la pornographie pure et simple. Le metteur en scène doit être un pervers.
Je suis très déçu que vous défendiez ce genre de spectacles.
par Hugues

Altéré Go !

AltéréGo!, performance de David Noir
AltéréGo! - David Noir

Altéré Go !

Dialogue virtuel pour un homme seul

Performance solo avec participation du public
Texte et jeu  : David Noir
 
AltéréGo! a été créé au Générateur le 8 janvier 2011 à l’invitation du danseur Benjamin Dukhan en complément de son duo avec François Chaignaud.
 
Extrait 1

J’aime la souplesse caoutchouteuse du gland

L’humidité des lèvres

Le goût d’un cul lavé frais du jour, qui comme la jeune endive est privée d’amertume

J’aime l’érotisme du laisser aller

Ni bâtir pour se rassurer, ni peaufiner pour perdurer

Faire propre, c’est encore faire du sacré

Extrait 2

Les femmes qui n’aiment pas les hommes qu’elles aiment

au point de ne pas connaître les détails de leur bite

m’inspirent de la défiance.

Aucun bistouri au monde ne peut infliger le coup de grâce

nécessaire, qui donnerait une gueule acceptable à la

cellule familiale.

La sauver n’étant plus de mise,

songeons à l’éradication.

Ému et recueilli sur la dépouille pantelante de ma vieille ennemie,

je loue rides et peau racornie de l’amer dénis, vedette de mon enfance

qui n’a pas su mériter ma confiance.

Ça c’est vrai ça !

AltéréGo - David Noir - Photos © Karine Lhémon

Real Time Web Analytics