Tag Archives: sexualité

ARTS ET SPECTACLES

Arts et spectacles - Les Innocents de David Noir - Témoignages de spectateurs

Les Innocents
David Noir

Genre :Théâtre

Mise en scène : David Noir

Compagnie : La Vie est courte
Avec : V. Brancq, S. Codhant, A. Laurier, F. Médina, M. Notte, M. Piémontèse, A. Tournayre, J-F. Rey, J-H. Laleu, P. Savoir, J.Meystre, J. Coulomb P. Groleau, R. Bardet, D. Noir
Décor : David Noir
Musique : Jérôme Coulomb, Pascal Groleau, Pierre Notte
Lumière : Staff

Durée : 1 heure(s) et 15 minute(s)

Pulsion-Théâtre
56, rue du Rempart Saint-Lazare   Avignon
Bus: 1-3-4-9-12

du 08/07/2003 au 31/07/2003 à 22:00
tarif adulte : 15  réduit : 10

Des enfants fantômes aux nez noirs comme ceux des koalas forment le nouveau zoo humain. On s´y touche et s´y fait toucher en un gang bang d´orangs-outangs pas dégoûtang. Vous pourrez joindre vos corps à nos chairs mêlées, nus si vous voulez comme à l´aube d´une humanité en transports dans des trains noirs et blancs, fantômes également, vers les camps des débris de nos nuits, quand on était petit.

Témoignages des spectateurs

Les primates nous attendent a l’entrée, nous dévisagent d’un air sauvage et me déstabilisent, je prend place puis le spectacle commence dans un rythme où les tableaux se succèdent dans une ambiance ou les fantômes sortent de l’esprit humain et dénoncent la déchéance; trois petites filles se promènent dans les bois où les arbres sont des hommes nus, elles seront dévorées (vous savez on peut se pendre avec un slip ou pire), la perte de l’humanité. La violence exprimée me fait penser à Orange Mécanique. La nudité et le cannibalisme par une scène où un homme nu chevauché d’une femme nue se font dévorés par des sauvages nus jusqu’à la mort sans espoir de retour.
Ils ont osé appuyer là ou cela fait mal, non très mal. Malgré un fort message de passivité et d’amour à la fin, je suis sur mes gardes car je sais que demain matin je penserai à cette pièce (et je ne vous cache pas que j’y suis retourné une deuxième fois).

Pierre Lebeugle

Dans ce pays de canicule, j’ai trouvé un peu d’eau fraîche dans un puits de liberté. Le Pulsion Théâtre est, cette année, habité par une énergie qui circule avec la force de la vie. Bousculée par un souffle chaotique et anarchique qui ne répond qu’à l‘écoute de sa force organique ce spectacle m’a fabuleusement réveillé. Dès l’entrée dans la salle, j’ai senti que ce serait une expérience singulière et ce fut le cas. Du ludique à l’horreur et de l’horreur au ludique, j’ai suivi ces petits chaperons rouges dans la jungle de nos non-dits.

J’ai vu l’âme d’enfant de ces êtres sur le plateau. J’ai vu de la joie, de l’étonnement, de l’ouverture. Partout. Partout. Beaucoup. Tout plein.

A travers un cheminement où se dessine un rapport au conte initiatique, on voit sur la scène se faire et se défaire des monticules de coussins et d’édredons, des seins jaillissent, des fesses se tendent, des sexes émettent des sons, des mots sans armes résonnent. Sur l’écran, au lointain, défilent les images de vieux films en noir et blanc, des séquences assez proches de l’univers des idiots de Lars Von Trier. Apparaissent sur la scène des elfes melting-pot qui nous parlent du racisme au quotidien. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler du théâtre, c’est autre chose. Ca n’a pas de règle et ça se construit à chaque seconde. C’est du Sisyphe. J’ai le sentiment qu’à chaque représentation, ils doivent à l’instar du personnage mythologique porter ce spectacle en haut de la montagne et qu’aucune de leurs traversées ne se ressemblent. “Les innocents” dégoulinent de sueur et c’est beau. Le texte est lu comme pour un récital au micro. Le texte circule librement, sans barrière entre nous et eux, entre eux et le texte, entre le texte et nous. C’est une expérience à vivre ! Dans cette époque où tout se contracte, on réapprend à respirer. Ces “conscients inconscients”, ils luttent contre l’intolérance avec leur corps et leur coeur. Ils nous mettent aux pieds de nos murs intérieurs. Quelle lumière, pour moi, dans ces êtres lumineux de générosité, d’amour et de lucidité. Quelle subtilité, quelle sensibilité dans cette bande là ! Ca ne se prend pas au sérieux et ça ne développe pas, ni n’épilogue sur des vérités si fragiles, si monstrueuses. Cette pudeur n’épuise pas l’horreur dans des discours formels qui ne cherchent qu’à l’oublier. Mais on n’oublie rien. On vit tous avec notre mémoire… La nudité des corps sur le plateau me confronte à mes propres limites, elle se fait miroir des sexualités.

Au cœur de cette saison sombre en Avignon, de cette saison où on interroge les loueurs de salle sur la politique et l’engagement de leurs programmations, le Pulsion théâtre se distingue par ce choix audacieux et sensible. Celui de laisser parler “les innocents” miroirs de notre monde chaotique et terrifiant, celui de ne pas avoir peur d’entendre le vacarme lyrique de cette génération qui danse sa peur, qui chante ses rêves et qui cherche malgré tout au cœur de cette solitude infinie l’enfant qui rêve encore avec insolence. Merci à vous de m’avoir fait rêver.

Khadija El Mahdi

Radio campus Lille 106.6

Radio campus Lille - Les Innocents de David Noir

Radio campus Lille 106.6 fm

Théâtre ? Moins sage !

“Les Innocents”

ou

“16 à nez noir”

mise en scène David Noir

Co-production: compagnie La Vie est courte/Dieppe Scène Nationale/Théâtre des Deux Rives/Pulsion Théâtre

“Ce sont des grands enfants, de gros enfants, des enfants poilus avec leur vieux corps d’atultenfant coulés dans la toile, dans la bure écrue qui leur fait mal, où le bas blesse, où ils s’enfoncent et s’entortillent pour venir refuser leurs caresses”

Dans Avignon la très sage, quelques irréductibles s’accrochent à l’idée d’un théâtre dérangeant et libéré. Entre le happening décadent et la comédie musicale porno “Les Innocents” secouent fortement le public. Régression tribale, pulsions morbides, et pensées interdites livrées en pâture au public sont au menu de ce spectacle haut en couleur et riche en émotion. Preuve que le corps existe et qu’il a encore droit d’expression dans la cité papale. Les comédiens sont étonnants, le ton provocateur est néanmoins ludique, et les parties (très bien) chantées allègent le tout. Un grand bain de jouvence lubrique … interdit aux mineurs bien sûr.

René Lavergne, Radio campus Lille 106.6 fm

Pulsion Théâtre – Avignon – juillet 2004

La Provence

La Provence - Les Innocents de David Noir
Toute la presse
Les Innocents de David Noir - Affiche Filifox - Philippe Savoir - Photo Karine Lhémon
La Provence - Les Innocents de David Noir

par Catherine Guizot

La Provence - Les Innocents de David Noir

“David Noir nous ouvre les portes d’un monde possible”

La Provence

Mardi 22 juillet 2003

Les Innocents

ou 16 à nez noir

Cliquez sur la vignette de l'article pour voir l'original

Amateurs d’aventure, si vous ne craignez pas de changer vos points de vue sur le théâtre, il vous faut al­ler voir la nouvelle pièce de David Noir.

Plus en douceur qu’avec sa précé­dente pièce, David Noir s’attaque cette fois-ci à l’enfance bafouée, outragée par la société en s’ap­puyant sur le thème délicat de la pé­dophilie. Dans une série de séquen­ces, la douzaine d’acteurs, qui vi­vent plus qu’ils ne jouent leur texte lu devant le spectateur, nous emmè­nent dans une expérience, intellec­tuelle et émotionnelle percutante qui sort le théâtre de ses conventions. Et effectivement, on les voit tous sur scène rechercher leur enfant inté­rieur, celui qui n’a pas encore tous les tabous, notamment, bien sûr, concernant la sexualité ou la mort. Et l’on sent l’influence d’un Lars von Trier avec ses Idiots ou encore Pasolini ; il n’y a pas de compro­mis. Et le profond désespoir d’être né dans ce monde, dans cette société difficilement transformable, colore toute la pièce. David Noir nous ouvre les portes d’un monde possible moins crispé sur des avantages illusoires et plus li­bre, avec son corps par exemple (les happenings des année 70 ne sont pas loin).

Catherine GUIZOT

22 heures, tlj.

verso

verso - Les Puritains de David Noir

Verso

ARTS ET LETTRES

N°16 octobre 1999

LE THÉÂTRE

ATTENTION, FRAGILE

par Pierre Corcos

Gilles Deleuze et Claire Parnet: «lI y a dans la vie une sorte de gaucherie, de fragilité de santé, de constitution faible, de bégaiement vital qui est le charme de quelqu’un. Le charme, source de vie, comme le style, source d’écrire »- (Entretiens). Enfance, ténuité, délicatesse, éphémère… Notre temps, et ses perpétuelles démonstrations de force, n’y comprend rien. Même au théâtre, il est bien vu d’afficher d’écrasantes et spectaculaires mises en scène, indices d’un établissement solide, affermi dans l’institution Le «culturellement correct » n’a que faire de la fragilité, forcément. David Noir, lui se met totalement en péril: le spectacle dont il est l’auteur, Les Puritains, met directement en scène la sexualité alors même que cynique libertinage et sexologie «savante» d’un côté, puritanisme réactionnaire ou néo-libéral de l’autre, l’instant trouble, fatal, indécis, bouleversant de la rencontre avec le corps des autres semble avoir définitivement échappé à notre perception. Ici, rien d’apprêté, d’habillé (relire à cet égard les pages étonnantes de Roland Barthes sur le strip-tease, dans Mythologies), mais une authentique mise à nu des affects et des corps. Rien d’un spectacle érotique non plus, qui joue sur la figure phallique du corps féminin. Même pas de l’obscène, au sens étymologique de “mauvais présage”, en dépit de l’écriture violemment pornographique de David Noir, car il serait impossible d’affirmer que la pièce, par sa crudité, ne présage rien de bon. Au contraire, dans l’anarchiste mouvance du mouvement -Panique- (Topor, Arrabal), inspirée par un surréalisme aux fulgurantes métaphores, elle nous dit, par une série de scènes courtes (autant qu’il y a de lettres de l’alphabet), la fragilité, l’incertitude, l’instabilité du désir, son bégaiement vital… Malgré l’excellent montage, plutôt cinématographique, de l’ensemble et l’accompagnement musical risqué (kitsch des références), subtil, il demeure comme un “tremblé”, un inachèvement, une gaucherie de cette mise en scène, adolescente, presque enfantine, qui en fait tout le charme. Neuf comédiens s’impliquent totalement dans cette aventure précaire, qu’une brutale interdiction, un malentendu grossier pourraient facilement réduire à néant. Jusqu’à présent, seuls Stanislas Nordey et Joël Dragutin ont su, comme directeurs de théâtre être sensibles à ce type de spectacle. …/…

www.regardencoulisse.com

regard en coulisse.com - Vos critiques - Les Puritains de David Noir

www.regardencoulisse.com

VOS CRITIQUES

Les critiques publiées dans la rubrique Vos critiques sont écrites par les lecteurs et ne reflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de REGARD EN COULISSE. La Rédaction se réserve le droit de supprimer les critiques qui contreviendraient manifestement à sa ligne éditoriale.

LES PURITAINS

Critiques des lecteurs

13/11/2000

ah oui?

Ce n’est pas vraiment une critique du spectacle que je voudrais livrer ici, mais… je me demande pourquoi Marco et Hughes, . même si c’est leur droit de détester ce spectacle se sont-ils fendus d’une critique aussi définitive? En fait, je pense que ce spectacle, d’après eux en vaut (valait la peine) mais qu’ils ont eu un moment donné tellement de difficultés à regarder plus loin de leur petit bout de nez tout flou qu’ils se sont “trahis” , surtout Marco. D’accord, en tant que spectateur on est “pris en otage”, mais rien ne nous empêche de quitter la salle, pas vrai? Mais pris en otage sur quoi? à propos de quoi? Parce qu’il s’agit de théâtralisation de la vie, c’est violent, c’est brutal; j’ai eu du mal aussi, mais je n’ai pu empêcher cette expérience “violente” de me renvoyer à moi-même, non pas que le doute m’a submergé, mais j’essaie simplement de saisir comment dix personnes sur scènes jouent avec une conscience évidente d’eux-mêmes une pièce depuis plus de deux ans? Il y a dans cette pièce un arrière fond qui vaut le détour, pour qui ose s’y engager. Perdre des plumes ? Pourquoi pas ? Si celles-ci sont usées, j’en changerait bien… Je vous embrasse avec toute ma tendresse…
par Jeannot

25/07/2000

Et alors

Et alors ?
Oui encore du cul; oui encore de la psychanalyse, oui il y aura toujours des gens pour dire que le spectateur est confronté à soi-même. Oui Sylvie Vartan chante bien et c’est marrant de voir des bites sur scène et après…
Et après on se fait chier, on se dit la création à ses limites que les créateurs ne connaissent pas malheureusement parce que le spectateur aussi à ses limites surtout quand il s’ennuie et je m’y suis profondément ennuyé, si je voulais un peep show, il y en a des mieux rue saint denis; si je voulais de la psycho à deux balles j’en ai moins cher et mieux ailleurs mais bon, je trouve juste que c’est dommage. Dommage de voir des spectacles comme celui là. Le danger surtout, c’est qu’à la longue on a presque envie devenir puritain pour de bon tellement la bêtise et l’exhibition de ce spectacle est affligeante mais Dieu soit loué pour l’équipe du spectacle, il y a des pervers partout et beaucoup parmi les spectateurs.
Une seule question a ajouté comment des comédiens de talent peuvent arriver à trouver intéressant et jouissif le fait d’être à poil sur scène si vraiment ça l’était on recrute dans les quartiers chauds
par Marco

19/07/2000

rire et frissons

j’ai été invité a voir ce spectacle… qui fait rire, qui fait frissonner, qui fait peur, qui nous rappelle notre enfance… sans tabous… avec un jeu magnifique des comédiens. bravo. merci.
par Sébastien

10/05/2000

Décadence

Comment osez-vous vous faire l’apologie de ce type de spectacles?
J’y suis allé en tant qu’invité et heureusement, car j’aurais demandé à être remboursé.
C’est de la pornographie pure et simple. Le metteur en scène doit être un pervers.
Je suis très déçu que vous défendiez ce genre de spectacles.
par Hugues

Real Time Web Analytics