Tag Archives: sueur

ARTS ET SPECTACLES

Arts et spectacles - Les Innocents de David Noir - Témoignages de spectateurs

Les Innocents
David Noir

Genre :Théâtre

Mise en scène : David Noir

Compagnie : La Vie est courte
Avec : V. Brancq, S. Codhant, A. Laurier, F. Médina, M. Notte, M. Piémontèse, A. Tournayre, J-F. Rey, J-H. Laleu, P. Savoir, J.Meystre, J. Coulomb P. Groleau, R. Bardet, D. Noir
Décor : David Noir
Musique : Jérôme Coulomb, Pascal Groleau, Pierre Notte
Lumière : Staff

Durée : 1 heure(s) et 15 minute(s)

Pulsion-Théâtre
56, rue du Rempart Saint-Lazare   Avignon
Bus: 1-3-4-9-12

du 08/07/2003 au 31/07/2003 à 22:00
tarif adulte : 15  réduit : 10

Des enfants fantômes aux nez noirs comme ceux des koalas forment le nouveau zoo humain. On s´y touche et s´y fait toucher en un gang bang d´orangs-outangs pas dégoûtang. Vous pourrez joindre vos corps à nos chairs mêlées, nus si vous voulez comme à l´aube d´une humanité en transports dans des trains noirs et blancs, fantômes également, vers les camps des débris de nos nuits, quand on était petit.

Témoignages des spectateurs

Les primates nous attendent a l’entrée, nous dévisagent d’un air sauvage et me déstabilisent, je prend place puis le spectacle commence dans un rythme où les tableaux se succèdent dans une ambiance ou les fantômes sortent de l’esprit humain et dénoncent la déchéance; trois petites filles se promènent dans les bois où les arbres sont des hommes nus, elles seront dévorées (vous savez on peut se pendre avec un slip ou pire), la perte de l’humanité. La violence exprimée me fait penser à Orange Mécanique. La nudité et le cannibalisme par une scène où un homme nu chevauché d’une femme nue se font dévorés par des sauvages nus jusqu’à la mort sans espoir de retour.
Ils ont osé appuyer là ou cela fait mal, non très mal. Malgré un fort message de passivité et d’amour à la fin, je suis sur mes gardes car je sais que demain matin je penserai à cette pièce (et je ne vous cache pas que j’y suis retourné une deuxième fois).

Pierre Lebeugle

Dans ce pays de canicule, j’ai trouvé un peu d’eau fraîche dans un puits de liberté. Le Pulsion Théâtre est, cette année, habité par une énergie qui circule avec la force de la vie. Bousculée par un souffle chaotique et anarchique qui ne répond qu’à l‘écoute de sa force organique ce spectacle m’a fabuleusement réveillé. Dès l’entrée dans la salle, j’ai senti que ce serait une expérience singulière et ce fut le cas. Du ludique à l’horreur et de l’horreur au ludique, j’ai suivi ces petits chaperons rouges dans la jungle de nos non-dits.

J’ai vu l’âme d’enfant de ces êtres sur le plateau. J’ai vu de la joie, de l’étonnement, de l’ouverture. Partout. Partout. Beaucoup. Tout plein.

A travers un cheminement où se dessine un rapport au conte initiatique, on voit sur la scène se faire et se défaire des monticules de coussins et d’édredons, des seins jaillissent, des fesses se tendent, des sexes émettent des sons, des mots sans armes résonnent. Sur l’écran, au lointain, défilent les images de vieux films en noir et blanc, des séquences assez proches de l’univers des idiots de Lars Von Trier. Apparaissent sur la scène des elfes melting-pot qui nous parlent du racisme au quotidien. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler du théâtre, c’est autre chose. Ca n’a pas de règle et ça se construit à chaque seconde. C’est du Sisyphe. J’ai le sentiment qu’à chaque représentation, ils doivent à l’instar du personnage mythologique porter ce spectacle en haut de la montagne et qu’aucune de leurs traversées ne se ressemblent. “Les innocents” dégoulinent de sueur et c’est beau. Le texte est lu comme pour un récital au micro. Le texte circule librement, sans barrière entre nous et eux, entre eux et le texte, entre le texte et nous. C’est une expérience à vivre ! Dans cette époque où tout se contracte, on réapprend à respirer. Ces “conscients inconscients”, ils luttent contre l’intolérance avec leur corps et leur coeur. Ils nous mettent aux pieds de nos murs intérieurs. Quelle lumière, pour moi, dans ces êtres lumineux de générosité, d’amour et de lucidité. Quelle subtilité, quelle sensibilité dans cette bande là ! Ca ne se prend pas au sérieux et ça ne développe pas, ni n’épilogue sur des vérités si fragiles, si monstrueuses. Cette pudeur n’épuise pas l’horreur dans des discours formels qui ne cherchent qu’à l’oublier. Mais on n’oublie rien. On vit tous avec notre mémoire… La nudité des corps sur le plateau me confronte à mes propres limites, elle se fait miroir des sexualités.

Au cœur de cette saison sombre en Avignon, de cette saison où on interroge les loueurs de salle sur la politique et l’engagement de leurs programmations, le Pulsion théâtre se distingue par ce choix audacieux et sensible. Celui de laisser parler “les innocents” miroirs de notre monde chaotique et terrifiant, celui de ne pas avoir peur d’entendre le vacarme lyrique de cette génération qui danse sa peur, qui chante ses rêves et qui cherche malgré tout au cœur de cette solitude infinie l’enfant qui rêve encore avec insolence. Merci à vous de m’avoir fait rêver.

Khadija El Mahdi

Garçons

Garçons - Les Puritains de David Noir
Toute la presse
Les Puritains de David Noir - Affiche Filifox - Philippe Savoir - Photo Karine Lhémon
Garçons - Les Puritains de David Noir

par Philippe Escalier

Garçons - Les Puritains de David Noir

“La vérité toute nue”

GARÇONS ?#22

THEATRE

Les Puritains : la vérité toute nue !

Les Puritains sont une révolution qui vient balayer les planches du Lavoir Moderne Parisien. Elément essentiel de l’existence, la sexualité n’en reste pas moins un sujet délicat. David Noir l’a abordé de front, ne reculant pas devant la difficulté. Son langage rythmé et poétique se libère des carcans archaïques pour exprimer une réalité débarrassée de son lot d’hypocrisie et de tabous avec une façon toute particulière de faire résonner son texte qui rappelle tantôt les grandes tirades classiques, tantôt des extraits d’un rap ou d’un rock fort et désespéré. C’est un monde encore largement du domaine du caché, du non-dit et du refoulé que l’auteur met à nu, en utilisant les ressources infinies des mots pour décrire ces maux venus de l’enfance.

 

Cassant au passage ces moules rigides et castrateurs que sont l’éducation ou le théâtre classique, pour exprimer ce qui reste confiné au plus profond de l’être. L’importance accordée à la forme transparaît avec évidence et traduit la force novatrice de cette oeuvre. La mise en scène en symbiose avec le texte veut montrer sans voyeurisme, témoigner sans juger et surtout dire et penser autrement. Autour de l’auteur, huit comédiens interprètent ce texte fort avec un art et une conviction remarquables. Pierre Viguié, Philippe Savoir, Miguel-Ange Sarmiento, Stéphane Desvignes, Sonia Codhant, Jean-François Rey, Jacques Meystre et Jean-Hugues Laleu donnent vie à ce théâtre original et humain qui ne laissera personne indifférent.

Philippe Escalier

Lavoir Moderne Parisien, 15 rue Léon 75018 Paris – mercredi, Jeudi et vendredi – à 21 H à partir du 21 juin – 01 42 52 09 14

David Noir: Nous sommes tous des puritains !

Ce jeune homme brun de 36 ans a écrit une pièce décapante et dérangeante. D’abord crées dans l’anonymat, « Les Puritains » ont suscité un grand intérêt, leur permettant d’investir la scène du Lavoir Moderne Parisien. Et il y a fort à parier que nous n’avons pas fini d’en entendre parler.

Pourquoi avoir écrit « Les Puritains» ?

Ce qui m’excite c’est d’aller à ma recherche. Je veux vivre pleinement et il n’y a pas de vie sans rencontres et pas de rencontres sans connaissance de soi. J’ai voulu écrire pour accumuler les sensations, les matériaux. Pour sortir de cette littérature galvaudée qui oublie la forme pourtant si essentielle comme transmetteur de sensations.

Ton spectacle est tout de même assez violent !

Oui, mais le contact des gens ne l’est-il pas de même ? La rencontre avec un inconnu c’est toujours un peu violent. Il faut parfois quelque chose qui heurte pour happer l’attention et pour interpeller le spectateur.

On a pu dire ici ou là qu’il était impudique ?

Non, c’est le théâtre qui a une pudeur mal placée. Il faut toujours faire de la culture, de l’institutionnel, même si on dit des choses horribles. C’est un état de fait que je veux changer. Personnellement je suis plus attiré par la scène rock, plus vivante, plus inventive. J’aurai horreur de m’asseoir confortablement et de répandre la bonne parole! Je ne veux pas être politiquement correct, ni que mon discours soit dissocié de ce que je fais. Quoi qu’il en soit, je ne fais pas d’exhibition quand je parle de mon intimité, mais je la pratique pleinement quand je joue, L’acteur est un exhibitionniste né, c’est à ce titre que j’aime l’utiliser. «Les Puritains » cultivent cette forme où les comédiens se montrent sans faux semblant. C’est important de pouvoir réfléchir et travailler sur soi, pour vivre et assumer toutes ses contradictions. C’est une condition importante si l’on veut créer autre chose que des narrations fictionnelles comme les arts du spectacle nous les servent encore souvent.

Tu es le contraire d’un romantique ?

Être romantique c’est nier les évidences. Nous avons vécu un siècle de psychanalyse ; quel profit en tire-t-on ? Nous sommes restés dans les mêmes schémas de pensée et d’écriture. Pourquoi faut-il que les stars soient toujours fortes ? Pourquoi les gens sont-ils si souvent poussés à devenir leur propre bourreau en sous-estimant ou en reproduisant les abus que l’on a parfois perpétrés sur eux ? Ceci dit je tiens à avoir une accroche qui permette de «ferrer» les gens. Aller à la rencontre d’un inconnu c’est toujours un peu grossier, un peu déstabilisant, mais cette “violence” est profitable !

C’est un des messages de ta mise en scène ?

L’important c’est que les acteurs intègrent le public. Si dans la pièce, nous sommes alignés face aux spectateurs, ce n’est pas seulement pour casser ce qui est habituel, c’est aussi pour établir un lien avec le public. J’ai pensé cette mise en scène comme un jeu durant lequel l’acteur est libre. Pour moi la scène est l’espace de liberté par excellence.

Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon 75018 Paris – Renseignements au 01 42 52 09 14 Mercredi, jeudi et vendredi à 21 h A partir du 21 juin 2000
Propos recueilli par Philippe Escalier

Le Figaro étudiant

Le Figaro étudiant - Les Puritains de David Noir

LE FIGARO étudiant

MARDI 23 MAI 2000 (N° 17 349)

LE LAVOIR MODERNE Les Puritains

David Noir lave plus blanc

Il existe à Paris un lieu où cette vieille chose qu’on appelle le théâtre est encore capable de vie, de péril, de sueur et de violence, d’indélicatesse magnifique. Je ne connais pas David Noir. Ni son âge ni son passé, mais s’il vous vient la folie de faire un détour par le Lavoir Moderne, vous rencontrerez cet enfant terrible et sa drôle de troupe, Combien sont-ils, au total, à nous faire face dans leur costard impeccable? On ne sait plus. On a perdu le dossier de presse dans le vertige de l’aventure. On se souvient juste que les fées « c’est austères et rigoureux. Ça vient avant qu’on s’endorme et ça récompense le lendemain, mais jamais ce qu’on veut, Ça ne couche pas, on ne peut pas les manger ni les boire ; on ne peut pas les tuer non plus. Autrement dit, ça ne sert à rien »,
Voilà pour le texte. Et encore avec Noir au micro: les paupières basses et le phrasé d’un Gainsbourg à qui l’on aurait fourni la beauté sombre d’un visage improbable. La compagnie se nomme: La Vie est courte. Raison de plus pour la faire déraper là où l’on n’osait plus l’attendre.

 

Du côté de la révolte perpétuelle, de l’indécence, de la pudeur lorsqu’elle baisse son pantalon, Oui, la chanson de variété est une chanson encore plus triste que les autres ; oui, derrière le blazer existe des corps que l’on remplit dans des caves obscures. Voilà. Les Puritains sont le plus beau coup de pied que l’on pouvait donner au théâtre version Télérama.

Plus qu’une simple pièce, c’est une cuite phénoménale, une grenade dégoupillée, une audace sans limite, un doigt lyrique et fièrement levé contre l’ordre des choses.

Impossible d’oublier ces comédiens, tous époustouflants de cœur et de corps, se jetant la tête la première dans cette œuvre d’adolescence en déséquilibre permanent. Impossible de ne pas vendre son âme au diable pour revoir un jour Sonia Codhant, unique comédienne de cette troupe, et n’importe où fera bien l’affaire.
David Noir est un braqueur génial et ses complices, des princes de l’avoir suivi dans cette sale histoire. Et si vraiment vous voulez tout savoir, sachez qu’il n’y a pas d’amour, ni de fée et encore moins de liberté. Juste des puritains que nous sommes, encastrés sur scène pour un dernier tableau.
L’un d’eux pleure.
Et du chaos va naître la beauté.

Nicolas Rey

Real Time Web Analytics